« Le sens et l’idéologie de la légion est d’appuyer les anciens soldats et ceux qui servent toujours… Soyez sur, que nous ne somme pas seulement qu’un club social et de loisir… Les visages des membres changent, mais l’esprit reste le même… »

(André Vézina, aumônier, ex-président et membres à vie de la Légion Royale Canadienne de St-Jérôme, local 190)


Il est vrai qu’en 1926, la Légion a été fondée par des anciens combattants pour les combattants.  Le lieutenant-colonel Paul Brosseau, fonda une filiale de la Légion royale canadienne à St-Jérôme, le 25 novembre 1946, après la fermeture du camp,

                                                                en août de la même année. Il en deviendra le premier président.    

                                                                                                                                                                                     

                                                                                                                   72e anniversaire de la filiale le 25 novembre 2018


      L’objectif est d’offrir un soutient et défendre les droits des anciens combattants et leurs familles. Depuis la guerre de Corée, 1950 - 1953, les efforts ont étai intensifié pour enraciner la Légion dans la collectivité et en faire «un lieu d’accueil ». Ce n’est qu’en 1960, que le mot ¨Royal¨ est ajouté au titre de la Légion avec le consentement de la Reine.


      La légion d'aujourd'hui comme celle du passé perpétue sa relation avec sa communauté en ouvrant les portes au cours de danses, les soupers du vendredi (ouvert à toute la population de St-Jérôme), les loisirs ( dard, cartes, danse, etc…). Elle s’implique auprès des jeunes en parrainant, les 2 corps de cadet de la ville… le Noel des Handicapés intellectuelle de la région et autres célébrations régimentaires.


      St-Jérôme à un passé qui ne faut pas oublier. Le Royal 22e Régiment, a occupé les bureaux de l’ancien manège militaire de 1964 à 1975. La ville vivait autour des casernes Carillon du camp militaire pendant la 2e guerre (1939-1945). Une armé de bénévoles, (c'est de le dire), fut recruté par la ville pour le service de l’effort de guerre. L’économie aussi y trouvait son compte et la ville à grandie depuis. Bien sur, le monde a changé, la société a évolué, mais notre but reste le même. 

   

     Notre travail doit être perçu comme étant une célébration des sacrifices auxquels nos hommes et femmes militaires ont consenti volontairement, et nos réussites, un hommage à la clairvoyance de ceux qui sont revenus d’un conflit déterminés à faire du Canada et du monde, de meilleurs endroits.

                                         Un hommage aux hommes et aux femmes des forces armées canadiennes qui ont servi leur pays en Afghanistan.

                                                                                                     Du cd Robert Stefan ''24 Hours at the Speed of Life''